Taux du livret A au plus bas : 50 € perdus en moyenne

Les Français ont placé environ 360 milliards d’euros sur le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS) rémunéré au même taux.
L’écart entre le taux de 0,75% et l’inflation en 2018 entraîne une perte de 50€ pour les Français qui détiennent en moyenne un peu moins de 5000€ sur leur livret A. L’association de consommateurs CLCV craint même qu’il tombe à 0,5% (son niveau plancher) en 2020.

Les Français détenant un livret A sauront en ce début janvier combien d’intérêts ce placement défiscalisés leur a rapporté en 2018. Et ils risquent d’être déçus. « Les épargnants auront de bonnes raisons d’être mécontents », dénonce la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie). L’association de consommateurs critique le gel du taux du livret A à 0,75% pour 2018 et 2019 – soit son plus bas niveau historique en 200 ans – et demande un retour à l’ancienne formule de calcul « qui garantissait un rendement au moins équivalent au taux d’inflation ».

L’Insee prévoit une inflation de 1,9% pour 2018. « Avec un taux à 0,75%, le rendement sera inférieur de plus d’un point à l’inflation. Du jamais vu depuis le début des années 1980 », déplore la CLCV. Selon l’association, cet écart coûtera environ 50€ pour un épargnant détenant 5000 euros sur son livret A, ce qui correspond à peu près à la moyenne des encours (4574€).

Sachant que les Français ont placé environ 360 milliards d’euros sur le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS) rémunéré au même taux, la CLCV estime le manque à gagner à 3,6 milliards d’euros pour l’ensemble des épargnants.

Plus de 55 millions de Français – soit quatre sur cinq – détiennent un Livret A qui reste le placement préféré des Français malgré sa faible attractivité.

Le calcul du taux du livret A est un casse-tête dans un contexte de taux d’intérêt très bas. Le gouvernement a décidé d’un nouveau mode de calcul qui sera appliqué à partir de 2020. « Il revient à supprimer la garantie historique d’un alignement sur l’inflation », critique la CLCV.

Un coup de pouce pour…baisser les APL

Le gouvernement a gelé le taux à 0,75% pendant deux ans pour donner un coup de pouce au secteur du logement social, en contrepartie d’une baisse des loyers qui permet à l’Etat de faire des économies sur les APL. Le livret A sert en effet à financer le logement social et la politique de la ville (15,1 milliards de nouveaux prêts en 2017), ainsi que le secteur public local (1,9 milliard de nouveaux prêts en 2017).

« Si on appliquait cette nouvelle méthode de calcul aujourd’hui, le taux du livret A descendrait automatiquement à 0,5% », s’inquiétait le député LR de l’Orne Maxime Minot dans une question au gouvernement en juin 2018. Ce taux de 0,5% correspond au taux plancher qui sera appliqué à partir de 2020. Un record depuis la création du livret A en 1818.

Dans sa réponse au parlementaire, le ministère de l’Economie et des finances explique que la nouvelle formule du taux du livret A permettra de réduire l’écart croissant avec les taux du marché qui pénalisait à la fois le financement du logement social et celui de l’économie par le secteur bancaire.

Source: Ledauphine.com, par Luc CHAILLOT, Publié le 03/01/2019 à 19:45

0 commentaires

Déposer un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *